États-Unis / Blogue / Canada / Mexique

10 mois sur la route, c’est…

À toujours être le nez dans le guidon on n’a jamais vraiment réalisé l’ampleur du chemin parcouru depuis notre départ. Un jour on se retourne et… Déjà dix mois à vadrouiller par monts et par vaux, du Canada au Mexique. 10 000 km parcourus et autant de souvenirs inoubliables, des coups de cœur, des coups de chaleur, quelques coups de gueule, bref : que du bonheur.

Petit retour sur les temps forts de la première partie de notre épopée. Attachez vos ceintures, l’avalanche de chiffres et d’anecdotes, c’est pour tout de suite.

 

Stats

– Nous avons passé 297 jours de voyage : 2 mois au Canada, 6 mois aux États-Unis et 2 mois au Mexique. Lentement, mais sûrement…

– Nous avons couvert 10 224 km en 131 jours, les 166 autres jours ayant été passés à faire autre chose (repos, visites…). Quand on vous dit que ce n’est pas un voyage de vélo mais un voyage en vélo… Pour nous, le vélo n’est pas une finalité mais d’abord un moyen de transport pour voyager. Résultat : on passe plus de temps à faire autre chose qu’à rouler, et on aime ça.

– En moyenne jusqu’ici, chaque jour nous parcourons 68 km à 15,6 km / h, pendant 4 h 20. Le reste du temps, en général, se déroule ainsi : levés à 7 h, nous mettons 2 h pour nous préparer (déjeuner, démonter la tente…). Puis vient l’école (2 h aussi), avant ou après le vélo. Enfin, le soir, c’est la recherche d’un endroit pour dormir, les courses, le repas, la visite, le dodo… Et oui, voyager à vélo ça remplit nos journées ! Au point que, nous aussi, même en voyage, nous avons notre routine et trouvons parfois que nous manquons de temps. Et hop, encore un mythe de déboulonné.

_FXD4006

– Nous avons grimpé 84 183 m (642 m en moyenne chaque jour), croisé 14 fois la ligne continentale de partage des eaux et gravi un nombre incalculable de cols. Faut croire qu’on aime ça, finalement, la montagne. Ça garde en forme.

_FXD4836

 

Les plus mieux et les plus pires

– Plus grosse ascension en un jour : 1 908 m sur le Allison pass, en Colombie Britannique. C’est aussi, en passant, le premier vrai col que nous avons gravi : comme initiation à la montagne on a frappé fort…

– Plus grande distance quotidienne couverte : 157 km en 10 h et 1 705 m d’ascension, de Revelstoke à Golden en Colombie Britannique. Heureusement, le soleil se couchait tard ce jour-là.

_FXD4266

–  Plus petite distance quotidienne couverte : 12 km, de Todos Santos à Pescadero, à Baja. Au rythme pépère mexicain.

– Plus grande vitesse moyenne quotidienne : 21,6 km / h sur 84 km, de Wisdom à Divide, dans le Montana. Des vraies machines.

_FXD4991

– Plus petite vitesse moyenne quotidienne : 8,7 km / h, de Penticton à Chute Lake sur la *&$%#@ de KVR, en Colombie Britannique. No comment.

– Vitesse maximum atteinte : 97 km / h (par FX et Emma), entre Monument Valley et Mexican Hat, en Utah. Et encore, on a freiné. Prochain objectif : briser le mur du 100 !

DSC00593

 

Les dodos

Pour dormir, nous on aime la variété, mais ce qu’on préfère c’est le camping. Quoi qu’une nuit dans un bon lit, c’est pas mal non plus… surtout après huit mois de voyage, quand les hôtels mexicains nous ouvrent les bras pour moins cher qu’un camping au Canada.

En résumé, nous avons passé…

– 129 nuits en camping

– 54 nuits chez des hôtes Warmshowers

– 53 nuits en couchsurfing et chez les amis

– 48 nuits en motel / hotel (dont la moitié au Mexique)

– 9 nuits en bivouac ou camping sauvage

– 6 nuits en auberge de jeunesse

– 4 nuits en bateau

– 4 nuits en train

– 1 nuit en yourte

_FXD4673

 

L’heure des comptes

Côté dépenses, une seule vérité domine : chaque voyage est différent. Nous vous donnons donc les montants de nos dépenses quotidiennes en brut, à prendre tels qu’ils sont, sans comparaison. Oui, il est possible de voyager avec moins d’un dollar par jour. Il est aussi possible de le faire dans le luxe. Avec toutes les options budgétaires entre les deux. De notre côté nous avons tablé sur un budget quotidien tout inclus (y compris assurances, frais bancaires et autres frais cachés) relativement confortable de 110 $, pour l’ensemble du voyage, sachant pertinemment que nous serions au-dessus en Amérique du Nord et en Australie, et en dessous partout ailleurs. Avec un tel budget, en famille, nous pouvons nous permettre quelques petits luxes, bien appréciés après de grosses journées de vélo ou lorsque le moral n’est pas au plus haut.

Jusqu’ici, les bidous ça donne ça, en moyenne chaque jour, en dollars canadiens :

– Quotidien (épicerie, logement, resto, sorties et loisirs) : 77 $

– Matériel (vélo, camping, vêtements, photo, cartes) : 13 $

– Transport (bus, train, bateau, taxi, voiture) : 7 $

– Logistique (visas, poste) : 4 $

– Santé (pharmacie, assurances) : 30 $

– Divers (frais bancaires, tél, balise satellite) : 6 $

TOTAL quotidien : 137 $

Tel que prévu, nos dépenses quotidiennes sont jusqu’ici plus élevées que la moyenne planifiée, mais depuis notre arrivée au Mexique nous sommes repassés en-dessous.

Oui, nous pourrions dépenser moins, mais depuis le premier jour ce voyage est avant tout du plaisir. Et si nous devions dépenser plus que prévu, nous rentrerons plus tôt, et c’est tout. La vie est trop courte pour se prendre la tête.

Matos

Faisons court : jusqu’ici nous avons été plus que satisfaits du matériel que nous avons emporté. Que ce soit les vélos, leurs accessoires, le matériel de camping ou les vêtements, nous ne regrettons aucun de nos choix.

Bien sûr nous avons changé des pièces de vélo. On appelle ça de l’usure normale (quoi que plus rapide dans notre cas qui roulons sur des trains routiers de plus de 70 kg chacun). Jusqu’ici : 4 changements de chaînes, 2 cassettes, 2 jeux de patins de freins et 1 jeu de pneus (par vélo adulte) ; une roue arrière (FX) ; 1 chaîne et 1 jeu de pneus (vélo Emma).

Touchons du bois !

_FXD7730

Une anecdote me revient en tête, côté pépin mécanique, toutefois: Nous sommes du côté du Lake Powell, en plein désert de l’Utah, c’est le début de la journée, nous avons 90 km au programme pour rejoindre Hanksville. Rien d’ici-là. Il est 8 h, la chaleur est déjà très présente et nous entamons notre première côte, quand Emma m’interpelle: « Papa, je crois qu’il y a un problème »… Son pneu arrière vient s’éclater. Impossible à rembarquer sur sa roue. Après plusieurs tentatives de bricolage, toutes infructueuses, nous jouons notre dernière carte: j’inverse le pneu avant et arrière. Le pneu défectueux se retrouve ainsi à l’avant, relevé du sol car attaché à mon vélo. 45 minutes plus tard, nous sommes bons pour enfin repartir, et il ne reste plus qu’à espérer que le nouveau pneu arrière tienne… 600 km, soit la distance jusqu’au prochain magasin de vélo, à Zion. Heureusement, tout se passera bien. Ce sera (avec l’épisode de ma roue arrière en Californie) le seul pépin mécanique un peu stressant que nous aurons eu jusqu’ici.

Coups de cœur

Au-delà des chiffres et du matériel, au-delà du concret, ce qui fait un voyage ce sont les émotions, les souvenirs, les coups de cœur. Il y en a eu tellement. Mais puisqu’il faut choisir…

– Parc National favori : même si sincèrement nous avons adoré chacun des parcs que nous avons visité, forcément le parc du Yosémite, en Californie, est notre chouchou. Pour l’escalade, la vallée majestueuse, les couleurs d’automne et la neige. Quand est-ce qu’on y retourne ?

_FXD8104

– Camping favori : Dans les Buttermilks, en Californie. Au milieu des blocs, avec la rivière en contrebas et la pleine lune, cet endroit était magique.

_FXD7935

– Route favorite : Going-to-the-sun road à Glacier Park dans le Montana, une route alpine et magnifique, dans un décor grandiose.

_FXD4886

– Meilleur souvenir d’escalade : Sans surprise, le Yosémite pour FX, Joshua Tree pour Cécile et Skaha pour Emma. Les classiques le sont pour de bonnes raisons.

_FXD9050

– Pire route: la Kettle Valley Railroad, au cas où vous n’ayez pas encore compris…

_FXD4228

– Meilleur souvenir culinaire : Le restaurant Couloir, à Teton Village dans le Wyoming, pour célébrer nos dix ans de mariage. Faut ce qu’il faut. Une soirée mémorable à trois, une vue panoramique et une ambiance rigolote : nous étions seuls habillés en shorts et t-shirts, au milieu de tout ce beau monde en costume-cravate et robes de soirées. Mais c’est nous qui avions la plus belle vue !

602060_566589753404260_485430394_n

– Plus belle et impressionnante rencontre animale : ce bison dans le parc du Yellowstone au Wyoming et cette maman ourse noire au parc de Teton, fouillant l’entrée de notre tente à quelques mètres de nous, avant de repartir avec son petit comme ils sont venus, comme si de rien n’était.

– Plus belle rencontre humaine : impossible de choisir parmi toutes celles qui dessinent notre voyage et le rendent absolument unique.

– Lieu inoubliable : En fait ce sont plus des ambiances, des instants suspendus, des émotions que nous retenons, nécessairement liés à des lieux. La ferme de Jenny et Marc ; la descente de la route Going-to-the-sun au parc Glacier ; les blocs et la lumière de Joshua Tree ; les routes infinies et les parcs surréalistes du désert de l’Utah ; les couchers de soleils de la côte californienne, la douceur de vivre de San Blas et Chacala…

_FXD0081

– Plus belle leçon de vie : Ouvrir sa porte à de parfaits étrangers et leur faire confiance jusqu’à leur prêter les clés de sa maison et de sa voiture. Je ne sais pas pour vous, mais nous n’en sommes toujours pas revenus de tant de générosité.

– Plus grande source d’inspiration : La ferme de Mark et Jenny, leur mode de vie. Un véritable tournant dans notre voyage, et sans doute dans nos vies.

_FXD5798

– Les villes et villages non loin desquels nous nous serions bien posés pour de bon : Vancouver, Penticton, Field, Missoula, Bozeman, Bishop, San Francisco, Ventura, El Pescadero, Chacala. Ouf.

 

Émotions

Finalement, un voyage au long court c’est aussi une expérience d’une vie, qui nous fait vivre mille moments forts, des pires aux meilleurs. En avant pour l’inventaire à la Prévert.

– Larmes de désespoir : en grimpant l’interminable col Allison. Cécile en a jeté son vélo à terre, de rage. Heureusement qu’Emma était là pour nous remonter le moral: « Tu sais maman, après une grosse montée il y a toujours une belle descente ! »

_FXD3933

– Larmes de joie : en haut du col Tioga, à l’entrée du parc du Yosemite. Ou l’arrivée dans un parc mythique pour nous grimpeurs, où la réalité a dépassé le rêve. Quand j’y repense, j’en suis encore tout ému.

– Moment loufoque : Une dame qui nous double en voiture du côté de Merced et nous crie, hystérique : You are ridiculous ! Heureusement, c’est l’exception qui confirme la règle, nous n’avons généralement eu que des encouragements sur la route.

– Moment surréaliste : Au camping de Lake Louise, en fin de journée, le soleil encore visible, Emma joue avec ses amis et nous croyons qu’il est à peine 20 h, quand nous réalisons qu’il est en fait 22 h passées et que ça fait longtemps qu’Emma devrait être couchée. La faute au décalage solaire, au solstice d’été, qui nous déboussole complètement. « Se coucher alors qu’il fait encore jour ? Z’êtes pas fous ? », comme dirait Emma.

– Pépin physique : Rien de bien énervant, juste quelques rhumes et épisodes gastriques mexicains. La routine habituelle, quoi.

– Grosse frustration: les descentes à Baja, contre le vent. En montée, on s’attend à souffrir et pédaler fort. OK. Sur le plat, contre le vent aussi. Mais en descente, là où nous sommes supposés nous reposer et prendre du plaisir en nous laissant aller, il est hors de question de pédaler ! Non mais. Plus frustrant, y a pas.

– Grosse frayeur : Pas vraiment. Jusqu’ici nous n’avons jamais ressenti de sentiment d’insécurité nulle part. Pas d’accrochage sur la route, pas de mauvaises rencontres, pas de vol… Touchons du bois. Mais puisque vous insistez, voici deux petites peurs qui me reviennent en mémoire :

Deux jours après notre départ, au camping du parc provincial de Rathtrevor Beach sur l’île de Vancouver, Emma s’est perdue en rentrant des douches pour revenir à la tente : soufflant comme elle pouvait dans son sifflet pour que nous l’entendions (sans effet, malheureusement), pleurant, perdue au milieu des arbres géants dans cette forêt déserte à la tombée de la nuit, elle a finalement retrouvé son chemin et nous est tombée dans les bras, toute effondrée. Depuis, elle sème des cailloux pour retrouver son chemin partout où elle passe.

La seconde, vous la connaissez déjà…

Enfin, le plus important :

– Demande de divorce : 0.

– Chicanes de couple et de famille : quand on s’aime on ne compte plus !

 

Diaporama

En terminant, voici nos dix premiers mois résumés en dix images parmi les milliers de prises. Exercice pas facile, résultat pas forcément impartial, mais plutôt représentatif de notre voyage:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ah là là… Vivement le retour en selle, pour la suite de nos aventures !

23 avis sur « 10 mois sur la route, c’est… »

  1. Oh quel chouette bilan et quel parcours impressionnant! J’adore le compte des disputes « quand on aime on ne compte pas!) Effectivement moi 10 mois sur un vélo, il ne faudrait pas tout noter dans un calepin au risque d’être surchargé! Bravo à vous! Et tellement impressionnée que c’est mon premier commentaire alors que je vous suis régulièrement!

  2. Bonjour!
    Comme c’est bon de vous lire! Vous me rassurez quant à la race humaine! Vous êtes formidable! Bravo à vous 3 pour toute la route parcourue et sans doute pour celle à venir! J’espère que tout va bien pour vous en cette terre québécoise!
    Au plaisir! Xx
    Chantal, Denis et Zola

  3. Bravo et merci FX pour ce magnifique récit. Grâce à Emma, ma Béatrice est tentée par le tour du Lac St-Jean à vélo l’été prochain…Rien de comparable, mais elle sait que c’est faisable maintenant! Elle n’en revient pas de la voir avec son équipement d’escalade. Elle trouve qu’elle a pas mal grandi en 10 mois. Bonne chance et bon courage pour la suite. Au grand plaisir d’avoir de vos nouvelles. Vous êtes une belle source d’inspiration. Nadine, ton ex-collègue de chez MEC! xxx

    • Merci Nadine ! Content d’apprendre que Béatrice veuille faire le tour du lac St-Jean ! Il n’y a pas de petite aventure, alors allez-y fort. À bientôt, peut-être sur la route ?

    • T’es pas fou ? On se repose ! Sans blague, on fait un peu de vélo mais pas tant que ça, on court surtout, pour changer le mal de place et garder la forme. C’est pas tout ça, mais quand on retournera au Mexique on atterrira à 1 500 m d’altitude (Guadalajara) et on grimpera rapidement à 3 000 m, alors on essaie de garder le cardio !

  4. C’est génial ce que vous faites. ça nous donne terriblement envie de nous acheter des vélos (pour l’instant nous sommes plutôt train et bus).
    Et si vous avez un peu de temps pendant votre pause, hésitez pas à me faire signe pour publier une interview de vous sur mon blog. A bientôt

  5. Que du Bonheur et de merveilleux moments inoubliables…merci beaucoup de nous avoir fait partager le tout et…bonne route!

    Marc Chalifoux

  6. Merci pour ce magnifique bilan! J’ai bien ri en revoyant la vidéo de Emma, sachant que tout s’était bien terminé.

  7. En cette veille d’élections au Québec, je voterais illico pour FX comme Ministre des Finances, Loisirs et Sports. Cécile à l’Éducation, Culture et Santé. Emma pour diriger le Ministère de la famille et de la Sécurité routière… Un Gouvernement fort, audacieux, économe, enthousiaste et réaliste. Ensemble, votons pour le Rêve d’un Gouvernement Nomade ! Pour que le changement fasse partie de votre quotidien.

    • Définitivement, je suis prête à voter pour le même parti que Monsieur Dussault: FX comme Ministre des Finances, Loisirs et Sports. Cécile à l’Éducation, Culture et Santé. Emma pour diriger le Ministère de la famille et de la Sécurité routière… Un Gouvernement fort, audacieux, économe, enthousiaste et réaliste. Ensemble, votons pour le Rêve d’un Gouvernement Nomade ! Pour que le changement fasse partie de votre quotidien.

      Félicitations à vous 3 pour le bilan de votre 1ère étape superbement réussi et je vous souhaite pleins d’autres beaux moments lors de votre 2e étape qui recommencera au Mexique cet été !

  8. Bonjour à vous trois!
    Vous faites un bien beau bilan et nous avons bien hâte de vous retrouver sur les routes du Mexique et de l’Amérique du sud plus tard en 2014. En attendant, prenez bien soin de votre famille et profitez du temps que vous avez ensemble. Merci de partager tout ça avec nous. On adore voyager via votre blogue!
    Salutations,
    Denise et Charles

  9. Ben là là! Quelle générosité de partager tous ces détails… même intime! Et quelle courage(à vous trois) d’avoir oser au fond, de vivre LA VIE! Oui, lundi au bureau des élections je penserai à vous! Ma curiosité: j’ai bien hâte de connaitre votre point d’atterrissage final, votre chemin de vie, après ces 3 années que vous aurez passées sur la route. Vous m’inspirez.

  10. Ce que vous avez déjà fait est super, on attend la suite avec impatience en attendant profitez bien de votre pause. A bientôt peut-être…

  11. Emma, Cecile, FX,
    Nous sommes vraiment super fiers de vous. Nous avons suivi assidument la premiere partie du voyage avec les garcons et attendions avec impatience (et on l’avoue parfois avec un leger soupcon d’inquietude lorsque les posts sur le blog se faisaient moins reguliers) de lire vos aventures et exploits en famille.
    Hugo et Mathieu en ont fait un projet pedagogique. Ils connaissent mieux la geographie de l’ouest americains, font des recherches internet sur les coins que vous traversez et proposent a leurs parents des soirees thematiques e.g. l’emission de Thalassa sur la mer de Cortes lorsque vous etiez sur la peninsule de Baja. Cela nous permet de passer du temps en famille en pensant a vous.
    On serait ravi de vous voir avant le debut de votre deuxieme etape. Etes-vous souvent sur Lille ? On vous souhaite beaucoup de courage aupres de vos proches (si vous souhaitez vous acclimater a la conduite a gauche avant l’Afrique du Sud et l’Australie, on vous attend a Londres).
    Bises des Londoniens. On pense a vous.
    Franck & Sophie

  12. J’adore, j’adore et j’adore encore!
    Je pourrais le relire 10 fois ce message tellement il est beau 🙂 et ces photos alors !
    Bravo les amis, Clo et moi on vous souhaite de tout coeur que tout se passe le mieux possible de votre côté, on vous embrasse depuis Bay Center et les rivages du Washington State…
    Till

    PS: mea culpa encore une fois pour le KVR, ça faisait partie du TCT que j’avais recommandé à Fix dans notre échange sur Voyage Forum 😉

  13. C’est toujours un plaisir de vous lire à chaque semaine ! Vous avez une belle écriture et c’est rafraîchissant. Bonne continuation ! :o)

  14. Aaaaaa!!!! Mon cœur a fait un demi-tour quand je voyais le guidon a Emma valser de droite a gauche. Heureusement elle n’est pas tomber. Ouf…

    Je suis presque sur que la maman était contente de ne pas avoir assister a la scène.

    Beaucoup d’émotions!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s