États-Unis / Blogue

Utah: bouquet final

Nos derniers jours en Utah resteront mémorables à plus d’un titre. À commencer par le parc national de Bryce qui, bien que relativement petit par rapport aux autres parcs nationaux, n’en est pas moins absolument magique.

_FXD7097

Situé en altitude, à près de 3 000 m, il faut certes grimper et suer pour s’y rendre, mais nous sommes plus que récompensés de nos efforts.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce que nous découvrons nous ébahit littéralement : ici, le vent et la pluie ont sculpté des centaines de canyons et de cheminées aux allures surréalistes. Nous n’avons jamais rien vu de tel et sommes chavirés par tant de beauté, difficile à décrire. Jusqu’à présent, c’est notre coup de cœur du voyage !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous restons deux jours sur place, le temps de faire une belle randonnée au cœur des canyons, qui ne cessent de nous surprendre à chaque pas, à chaque virage. Mon appareil photo surchauffe tant je mitraille ! Une énergie surréaliste et inspirante se dégage vraiment de ces lieux sans pareils.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le monde est petit

Au cours de notre séjour au camping du parc, nous voyons se stationner dans l’emplacement en face de nous un mini van immatriculé au Québec, avec deux magnifiques kayaks de mer sur le toit. En engageant la conversation quelques minutes plus tard, je réalise très vite que nous avons des proches amis kayakistes en commun ! Allez hop, dînons ensemble ! Merci Monique et Jean pour ces si bons moments passés ensemble. Le hasard fait si bien les choses.

Parlant de hasard, quelques jours plus tard, le sort se reproduira au parc de Zion alors que, sortant de la tente, je me fais approcher par Stéphanie, qui campe juste à côté de nous et me rappelle que nous avions travaillé ensemble chez La Cordée et qui nous suit sur notre blogue ! Incroyable, nous n’en revenons pas. Le monde est tout petit.

Retour à Bryce. Nous quittons le pour redescendre dans la vallée, en direction du parc de Zion, à deux jours de vélo. Sur la route, nous passons par le très beau parc de Red Canyon, dont les parois sont les plus rouges que nous ayons vues. Une petite ballade panoramique et hop, nous voilà repartis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous voulons nous approcher le plus possible de Zion pour y arriver tôt le jour suivant et avoir la chance d’y trouver un emplacement de camping, une fois de plus.

Rebelles… sans cause

Le lendemain donc, nous avons moins de 50 km à rouler pour nous rendre à Zion, ce qui devrait être fait avant midi. De fait, nous pénétrons dans le parc vers 11h et découvrons de très hautes falaises et dômes surplombant la route. Nos yeux de grimpeurs ne savent plus où regarder !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La route serpente et descend rapidement vers la vallée, non sans passer par un tunnel long de 2 km, à circulation alternée. Or, celui-ci est interdit aux cyclistes, comme nous l’avait annoncé le ranger à l’entrée du parc. Mais il nous avait dit aussi qu’à l’entrée du tunnel un autre ranger se chargerait de nous trouver une voiture pour nous prendre et ainsi pouvoir traverser le tunnel. Arrivés à l’entrée du tunnel, nous allons à la rencontre de la ranger :

–       Bonjour, nous sommes en vélo et voudrions traverser le tunnel, pouvez-vous svp nous trouver un véhicule qui pourrait nous prendre ?

–       Ah mais non, on ne fait pas ça, c’est à vous de vous trouver un véhicule pour vous prendre, parmi ceux qui attendent pour passer. Nous on n’a pas le temps.

–       Vous voulez dire que vous nous interdisez de passer dans le tunnel et que c’est en plus à nous de nous trouver quelqu’un pour nous prendre, parmi les touristes qui passent, la plupart en voitures trop petites pour nous prendre ?

–       Oui. À vous de vous débrouiller.

–       …

Nous restons abasourdis. Comment trouver quelqu’un et le convaincre de prendre nos vélos et tout leur chargement ? Sans trop y croire, nous commençons à faire du pouce auprès des automobilistes faisant la queue à l’entrée du tunnel. Nous privilégions les pickups, mais aucun ne veut nous prendre. Au bout d’un quart d’heure nous perdons patience et nous regardons. Notre décision est prise : nous passerons outre les ordres des rangers et roulerons dans le tunnel. L’opération Commando commence : lampes frontales et lumières allumées, nous nous cachons derrière un gros autobus et passons derrière celui-ci alors qu’il entre dans le tunnel. Derrière nous, nous entendons la ranger nous crier après, mais c’est trop tard : nous sommes partis, tout excités de transgresser la loi, comme des gamins. Mais vite nous déchantons : nous roulons dans le noir absolu, seule notre lampe frontale éclaire la ligne médiane de la route, nous permettant de ne pas rentrer dans le mur. La traversée se déroule finalement sans encombre et quelques minutes plus tard nous apercevons la sortie du tunnel, où un autre ranger qui nous attend de pied ferme. S’en suit une discussion enflammée entre lui et moi, au terme de laquelle il nous laisse finalement partir, car il ne peut pas retenir la circulation indéfiniment. Nous nous en sortons bien. Du moins le pensons-nous. Quelques minutes plus tard, alors que mon pneu avant crève dans la descente et que nous nous arrêtons sur le bord de la route, au même moment une voiture de ranger s’arrête à notre portée, gyrophares allumés. Re-discussion animée, mais cette fois-ci le ranger nous demande nos permis de conduire, puis nous remet à chacun une amende de 75 $. Je bous de colère, furieux contre cette stupide réglementation discriminatoire à l’encontre des cyclistes, mais aussi furieux contre nous-mêmes, d’avoir été si bêtes d’avoir transgressé la loi et de devoir jeter 150 $ par la fenêtre, juste pour avoir été trop impatients et impulsifs. Bel exemple pour Emma. Nous arrivons finalement au camping vers 13 h et nous trouvons miraculeusement un emplacement, avec vue imprenable sur le Watchman. C’est déjà ça, la journée n’est pas totalement foutue.

_FXD7392

Petit paradis

Le parc de Zion nous séduit instantanément par son emplacement, mais aussi par son accessibilité : collé au village de Springdale, disposant de tous les services, il propose en outre un service gratuit de navettes reliant fréquemment tous les attraits du parc le long du Canyon de Zion, et même le village, navettes dont nous profitons allègrement. Pour nous, cela veut dire : pause de vélo ! Il y en a une qui est contente… Situé au cœur d’une vallée qui n’est pas sans nous rappeler la vallée de Fruita, dans le parc Capitol Reef, nous nous y sentons bien, d’autant plus que la vallée se donne des allures de Yosemite, par les nombreuses falaises alentours.

Évidemment, les randonnées possibles sont nombreuses ici encore et nous sommes une fois de plus obligés d’en profiter. Le premier matin, nous allons tout d’abord voir les Emerald Pools, de petites piscines naturelles, qui nous auront un peu déçus. Puis dans la même journée, nous enchaînons sur la fameuse Angels Landing trail, une randonnée spectaculaire et très escarpée culminant par une ascension très aérienne le long d’une arête pas plus large que quelques mètres, surplombant un précipice de 500m de chaque côté. Par moments, cela ressemble plus à de l’escalade que de la randonnée, mais quelle vue en haut ! À déconseiller en cas de vertige. Emma ne se rendra pas jusqu’au bout, étant trop petite, mais elle aura grimpé jusqu’au pied de l’arête, non sans avoir papoté et raconté des histoires à maman tout du long. Essoufflée ? Pas le moins du monde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La rivière enchantée

Le lendemain nous partons dans les Narrows, pour une randonnée aquatique qui restera gravée dans nos mémoires : ici, point de sentier, seule la rivière Virgin guide nos pas, le but du jeu étant de la remonter aussi loin que l’on veut, les pieds dans l’eau, parfois jusqu’aux genoux (à la taille pour Emma), dans des canyons aux reflets changeants selon le soleil et les reflets de la rivière sur les parois, passant du mauve au doré. Nous passons pratiquement toute la journée à jouer dans le courant, en équilibre sur les rochers, dans les trous d’eau et, parfois, sur les berges. Pensez-vous que nous avons du plaisir ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous quittons le parc de Zion au bout de quatre jours, non sans une certaine émotion : celui-ci est en quelque sorte la dernière étape de notre odyssée en Utah. Nous aurons adoré ces dernières semaines, qui nous auront donné du fil à retordre, tant avec le désert qu’avec les innombrables côtes et les intempéries, mais c’est avec une grande fierté que nous terminons cette portion de notre périple. Une bonne pause s’impose !

Emma, en particulier, en a bien besoin. Bien sûr, elle ne pédale pas tant que nous, mais elle est fatiguée physiquement, et surtout moralement. Depuis quelques semaines, elle s’ennuie, lassée de passer ses journées à pédaler et bouger sans cesse, mais surtout déçue de ne plus trouver d’amis en chemin. C’est bien simple, elle n’a pas rencontré d’enfants, ou si peu, depuis Moab, il y a plus d’un mois. Et son humeur s’en ressent, même si elle ne nous le dit pas clairement. Il est grand temps de lui faire plaisir et de lui offrir un bon lit, pour quelques nuits, dans un environnement plein de surprises : direction Las Vegas !

10 avis sur « Utah: bouquet final »

  1. C’est vraiment beau , j’aurais pas imaginer ! J’espere qu’Emma , ce repose bien et en profite , elle est une petite fille tres courageuse ! Que de souvenir elle aura tout au long de son enfance ! Bisous a vous 3
    Lili

  2. Salut Fix, Cecile et Emma, Nous continuons a vous suivre avec plaisir et nous regalons de votre recit de voyage et des photos a couper le souffle. Cela nous ramene 9 ans en arriere deja! la magie de Bryce Canyon opere encore. Nous y etions montes (de maniere moins sportive mais tout de meme riche en emotions) sous une tempete de neige (en mars). Mathieu avait 3 mois et Hugo 15! pas trop rassure sur la route…mais quelle recompense a l’arrivee avec ces contrastes entre la terre ocre-rouge, la neige et le ciel d’un bleu profond.
    Effectivement l’aventure « ranger » n’est pas tres cool mais l’Amerique du Nord reste un territoire ou « la regle c’est la regle! » pas trop de place a la negociation (cela rappelle quelques souvenirs « douloureux » ou plutot « onereux » avec la police locale de Las Vegas –> au moins vous ne risquez pas de speeding ticket meme si j’ai pu lire dans les blogues precedents que le compteur s’affole parfois dans les descentes).
    Bon courage, soyez prudent et continuez a nous faire rever d’evasion… Bises a vous 3 and enjoy a good steak house in Vegas (sin city qui nous avait laisse un peu dubitatif car pas trop un lieu pour les enfants)

    • Franck, tu peux être certain que dorénavant nous nous tenons à carreau avec les rangers et autres policiers en tous genres! Finies les niaiseries 🙂

  3. Bonjour les nomades!
    Vraiment dommage votre mésaventure avec les Rangers intraitables. Nous avons été plus chanceux quand nous avons traversé ce tunnel en sens inverse, malgré une attente d’au moins 40 minutes, un pick-up nous a embarqué, mais le Ranger était gentil et c’est lui qui demandait aux conducteurs de nous prendre. Nous aussi, nous avons trouvé discriminatoires toutes ces contraintes qui nous sont imposées comme cyclistes, surtout que nous pensons que notre mode de transport devrait vraiment être encouragé dans un contexte de protection de l’environnement. Si on tient compte de la mission des parcs, pourquoi ne font-ils pas le maximum pour nous aider?

    En voyant vos photos de Bryce, j’en ai eu le frisson! Je reconnais les endroits où nous sommes passés, les merveilles que moi aussi j’ai photographié avec frénésie! Nous avions fait le Fairyland Trail entre autres.

    J’espère qu’Emma va bien s’amuser à Vegas, ville de démesure s’il y en a, et je vous souhaite à tous les trois une belle suite au voyage.

    Denise

    • Totalement d’accord avec vous. Un autre point qui nous frustre: le coût d’entrée pour les vélos dans les State ParksÈ: 5$ par vélo, quand une voiture paie 10$, pour 4 personnes…Cherchez l’erreur. Et malheureusement, depuis l’Utah nous ne trouvons plus de « hiver/biker » campsites dans les parcs nationaux: ils n’en ont jamais entendu parler. Moi qui pensais que tous les parcs nationaux étaient gérés de manière identique…
      Dommage en effet qu’il n’y ait pas plus d’effort de fait pour les cyclistes et backpackers qui font l’effort de s’y rendre en moyen non motorisé…

      • Rebonjour!
        Les sites « hikers/bikers » sont surtout populaires en Oregon (il y en a dans tous les State Parks) et en Californie, dans la plupart des State Parks. À Yosemite, il y a le camping pour les backpackers qui a toujours de la place mais on ne peut y rester que 1 nuit: le truc (donné par un gentil Ranger!), on s’inscrit sous un nom le 1er jour, puis sous l’autre nom le 2e, et j’oserais même inscrire le nom d’Emma le 3e… ;-)…en espérant un Ranger tolérant, race qui semble exister de temps en temps. 😉 Sinon, c’est la file d’attente pour le camping no 4…Pas facile.
        Nous avons aussi réalisé que certains campings privés pas loin de State Park peuvent parfois offrir un rabais « hikers/bikers » quand on le demande et qu’on insiste un p’tit peu…Ils offrent parfois plus de services que certains State Park (ex,: buanderie, internet…nécessaire de temps en temps). Les State Parks de Californie sont très affectés par les coupures de budget (moins de services, pas d’eau chaude parfois!, douches brisées, etc)
        La vie de cyclotouristes n’est pas toujours facile mais il y a tellement plus d’avantages qu’on en oublie vite les petits désagréments, que j’aime voir comme des défis à surmonter.
        J’espère que votre petite Emma retrouve son énergie et son enthousiasme!

        Denise

        P.S.: Charles te remercie pour les conseils sur le Inreach system!

      • Merci des précisions concernant les State parks californiens, nous en aurons besoin au cours des prochaines semaines 🙂
        Concernant Yosémite, Camp 4 est vraiment l’option privilégiée: nous y avons passé une dizaine de jours et ce fut notre meilleure expérience à date. Il faut dire que l’escalade y est pour quelques chose: étant grimpeurs entourés de grimpeurs, nous étions bien sûr dans notre élément. Certes il faut se lever tôt pour avoir un site, mais une fois qu’on l’a, on est bon pour 2 semaines. Avec en plus le privilège de dormir dans un endroit faisant partie de l’histoire de l’escalade 🙂

  4. Bonjour chers aventuriers délinquants. Après nos aventures américaines, nous avons atterris sur la planète de la « grand-parentitude ». La petite Léanne est née le 22 octobre. Elle est super mignonne et en bonne santé. Je vous envoie une photo par email tel que promis à Emma.
    On vous souhaite du repos à tous les trois. Gros bisous à Emma. On lui souhaite de trouver des amis bientôt et la félicitons pour sa bravoure dans les randonnées très impressionnantes de Zion.

    Monique et Jean

    • Félicitations ! Et les photos sont magnifiques. Comme vous devez être fiers 🙂 Que du bonheur à venir!
      De notre côté nous sommes présentement dans le train, en route vers San Francisco, oz nous nous arriverons ce soir, hébergés dans une famille rencontrée à Lake Louise. Ils ont une petite fille, future meilleure amie d’Emma 🙂 À bientôt!

  5. Salut les rebelles !
    Pour Zion, dans notre cas il y avait des règles aussi. On nous avait dit qu’il fallait être escortè moyennant finance en plus ! Mais on a rien compris car quand on s’est présenté, on nous a dit de coller un autobus et on a pu passer comme ça ! Allez comprendre ! Bonne route les amis , on pense et parle très souvent à vous . Gros gros gros becs à vous trois !

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s