États-Unis / Blogue

Grand Teton: émerveillement et frustration

Après une visite du parc de Yellowstone en demi-teinte, la vue des montagnes rocheuses Teton, surgissant des plaines, nous a comblés de joie.

_FXD6426

Cyclistes bienvenus !

Dès notre arrivée dans le parc, un contraste saisissant avec Yellowstone nous saute aux yeux : ici les routes sont superbes, les accotements larges et la circulation nettement moindre qu’il y a quelques jours: nous avons beaucoup de plaisir à rouler ici. Il y a régulièrement des panneaux indiquant aux automobilistes de partager la route avec les cyclistes et même des pistes cyclables séparées des routes. On aime ça ! Nous avons par ailleurs croisé un chouette couple de cyclistes de Terrebonne: que ça fait du bien de parler français !

Quant aux montagnes… Les Tetons sont les plus « jeunes » des Rocheuses, encore très pointues. Dominant la chaîne de sa splendeur, Grand Teton culmine à plus de 4000 m. Ces montagnes ont été baptisées ainsi par des explorateurs francophones qui, à leur vue, ont du penser à des seins et les ont appelées ainsi, sans doute dans un grand moment de solitude…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Occasion manquée

Ces montagnes nous attirent beaucoup, notamment pour le potentiel d’escalade qu’elles représentent. Malheureusement… Notre matériel est à Salt Lake City, chez Black Diamond (nous l’envoyons par courrier de place en place). Qu’à cela ne tienne, je me renseigne dès notre arrivée pour le coût d’une ascension du Grand Teton avec un guide : 1000 $… (Gros soupir). Faute de partenaires disponibles sur place, c’est avec un gros regret que nous nous résignons : nous ne grimperons pas ici. Il faut vraiment trouver une solution pour améliorer le transport de notre matériel d’escalade et éviter ainsi de manquer de pareilles occasions. Je commence à penser que c’est peut-être trop en vouloir que de faire du vélo et de l’escalade. J’entends d’ici certains de nos amis : « On te l’avait dit FX, tu ne peux pas tout faire ! ». Je sais… J’aurais tellement aimé apprécier la vue de là-haut. Pas grave, des montagnes il y en a tout plein d’autres.

Néanmoins, les vues magnifiques sur les montagnes font plus que nous consoler, d’autant plus que nous sommes aux premières loges depuis le camping de Jenny Lake, au pied des Teton.

En passant, les campings des parcs nationaux américains sont, certes, moins chers qu’au Canada, mais ils sont très spartiates aussi : ici, pas d’abri, pas de douches, pas d’eau chaude, et parfois même pas d’eau du tout. Ça ou du camping sauvage, il n’y a pas de grosse différence. Enfin, au moins nous avons toujours accès aux sites réservés aux randonneurs et cyclistes, qui sont toujours vides, alors que le reste des campings est plein. Malgré tout, nous resterons à Jenny Lake au moins deux jours, pour faire quelques randonnées, qui promettent d’être très belles.

_FXD6434

Précieuses rencontres

Dès notre arrivée en début d’après-midi, nous montons la tente et relaxons un peu, quand je vois passer tranquillement, à quelques mètres de moi, une maman ourse noire et son petit. Pas de panique, pas de panique. Emma est dans le hamac, Cécile non loin : vite, je prend la bombe anti-ours et préviens les filles, qui reculent avec moi pour laisser aux ours toute la place : ceux-ci déambulent sur notre site, reniflent notre tente, nos sacoches, nos vélos… puis s’en vont. Heureusement que Cécile avait mis la nourriture dans les coffres étanches dès notre arrivée, sinon je n’ose imaginer l’état de notre matériel si l’ourse avait décidé de fouiller dedans…

Cette rencontre inattendue aura permis à Emma de repérer deux garçons de son âge qui campent juste à côté de nous. Armée de chips pour les amadouer, elle va les voir quelques minutes plus tard, et hop ! Deux nouveaux amis : Luke (6 ans) et Ian (5 ans). En plus, avec la chance qu’elle a, le papa (Benjamin) parle français. Nous sympathisons très vite avec toute la famille. Ils viennent de Seattle et passent la semaine dans le parc.

Les enfants passent le reste de la journée à jouer ensemble et le lendemain nous allons tous ensemble randonner dans le très beau Cascade Canyon. Une magnifique journée à jouer dans les ruisseaux, ramasser des baies, grimper sur les rochers et profiter des points de vues incroyables sur Grand Teton.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le jour suivant, nos amis partent pour une randonnée de deux jours avec camping dans l’arrière-pays. Et comme, au détour d’une conversation la veille,  j’avais dit à Benjamin que nous fêtions aujourd’hui (16 août) nos 10 ans de mariage, ils nous proposent d’utiliser leur voiture pour aller nous payer un petit resto ! Nous n’aurons qu’à laisser la voiture dans le stationnement à notre retour, les clés à l’intérieur. Nous n’en revenons toujours pas de tant de générosité. Nous quittons nos nouveaux amis dans l’espoir de les revoir, peut-être, en cours de voyage.

_FXD6510

Havre de paix et d’espoir

En fin d’après-midi, nous prenons la voiture et nous rendons d’abord la petite chapelle du parc, toujours en fonction. Nous aimons l’atmosphère qui se dégage de tels lieux et le mélange d’histoire humaine et naturelle dans les parcs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis direction la John D. Rockefeller Preserve, à la frontière du parc. Endroit unique avec en son centre un bâtiment LEED s’intégrant à merveille dans la nature, ce petit coin de paradis a été créé pour honorer la mémoire de John D. Rockefeller, qui, avec son fils Laurance S., ont tant fait pour les Tetons. Au cours des années 30, ils ont racheté plus de 33 000 acres de terrains privés et les ont remis à l’État, contribuant ainsi à la création du parc. Grands défenseurs de l’environnement, ils se seront battus toute leur vie pour la préservation de l’intégrité des territoires sauvages. Comme quoi être milliardaire et contribuer généreusement à la communauté peuvent être de paire: les espaces naturels protégés doivent d’ailleurs beaucoup à la générosité gratuite des mécènes privés.

Deux réflexions de Laurance S.Rockefeller qui reflètent cet état d’esprit nous auront particulièrement marquées :

In the midst of the complexities of modern life, with all its pressures, the spirit of man needs to refresh itself by communion with unspoiled nature. In such surroundings – occasional as our visits may be – we can achieve that kind of physical and spiritual enewal that comes alone from the wonder of the natural world.

How we treat our land, how we build upon it, how we act toward our air and water, will in the long run tell what kind of people we really are.

DSC00479

Quatre services avec vue

En fin d’après-midi, nous nous rendons à Teton Village, mieux connu pour son centre de ski mondialement réputé : Jackson Hole. Changement de décor : ici le vélo de montagne est partout. Ce soir il y a aussi le concert de clôture du Festival de Musique Classique de Teton, lui aussi très réputé, mais nous avons un autre programme : nous prenons la gondole et montons jusqu’à 3000m pour arriver au très chic restaurant gastronomique Couloir. 10 ans de mariage, ça se fête ! Bon, nous paraissons un peu sales, en t-shirts et en shorts, à côté de tout ce beau monde en chemises et belles robes, mais nous avons la fenêtre panoramique, nous ! Le repas et le service seront à la hauteur de nos attentes et nous passerons une délicieuse et mémorable soirée, tous les trois.

602060_566589753404260_485430394_n

Chez Peggy, au cœur de Jackson

Le lendemain nous quittons le parc des Teton pour rejoindre Jackson. Pour la première fois, Emma fera l’intégralité du parcours en pédalant toute seule : plus de 40 km ! Elle est très fière, mais pas autant que nous. Arrivés au Visitor Center de la ville, nous cherchons un endroit où dormir et nous apprêtons à payer le gros prix, faute d’options abordables, quand Cécile rappelle une membre du réseau Warmshowers à qui elle avait laissé un message la veille. Celle-ci accepte de nous héberger pour quelques jours : bingo ! Nous arrivons chez elle et découvrons une magnifique maison, dont le jardin borde une petite rivière au son apaisant, derrière laquelle s’élève un parc naturel. Impossible de trouver plus calme et relaxant. Peggy ne fait pas de vélo, mais comme « elle a une grande maison pour elle toute seule, il faut bien qu’elle en fasse profiter les autres ! ». Nous restons, une fois de plus, sans voix. D’autant que, sitôt arrivés, Peggy nous annonce qu’elle part camper (avec sa mignonne de petite caravane):

1186864_567687173294518_1845061557_n

Nous avons donc la maison et la voiture pour nous pour deux jours ! Tant de générosité désintéressée nous dépasse. Nous en profitons pour aller visiter le très beau National Museum of Wildlife Art, dédié aux représentations artistiques de la vie sauvage, en peintures et sculptures. Certaines œuvres sont réellement émouvantes et nous avons beaucoup de plaisir à parcourir l’exposition qui, en outre, se situe dans un bâtiment magnifique en pierre d’Arizona, à flanc de montagne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous passons la fin de la journée dans le centre-ville, assez touristique mais ayant réussi à garder son charme de ville de l’Ouest. Les Américains aiment faire perdurer ce mythe, qui leur tient à cœur, mais qui existe toujours, au-delà des clichés : ils aiment vivre au cœur de cet environnement rude et sauvage, faisant partie de leur identité.

Nous profitons aussi de notre présence à Jackson pour faire vérifier nos vélos sur lesquels, à ma grande satisfaction, il n’y a finalement pas grand chose à faire, après 4000 km : juste la chaîne de mon vélo à remplacer, à titre préventif. Les vélos sont bien entretenus et je suis plutôt content de moi : je ne dois pas être si pire en mécanique, finalement.

Lundi soir, en revenant de son travail, Peggy nous annonce qu’elle souhaite emmener Emma au cinéma voir « Planes », le dernier long métrage de l’usine Disney. Emma est super excitée ! Et nous, nous avons notre soirée pour nous deux. Les filles reviendront vers 21h, enchantées, Emma aura adoré le film (en anglais, of course) et se sera goinfrée de popcorn et de crème glacée. Une fille heureuse.

Quant à Peggy, nous aurons beaucoup apprécié passer des quelques jours en sa compagnie.

Chez Louis et Julie, comme à la maison

Pour gagner un peu de temps, nous décidons de rejoindre Salt Lake City en bus et ainsi éviter de traverser à pédales ses interminables banlieues. Nous arrivons au coeur de la capitale mormone en milieu d’après-midi, dans la chaleur moite. Nous avons rendez-vous chez Louis et Julie, que nous avions rencontrés sur la route juste après être entrés aux Etats-Unis. Ils nous avaient alors invités chez eux. Nous les avons rappelés hier et ils sont ravis de nous héberger comme promis. Pour nous rendre chez eux il nous faut pédaler une dizaine de miles en ville. Expérience qui nous rappelle instantanément à quel point nous ne sommes pas à notre place dans un tel environnement. Trop de béton, trop de monde, trop de bruit. Serions-nous devenus sauvages ? Si peu.

Arrivés chez Louis et Julie, nous retrouvons ce très confortable sentiment de nous sentir en famille. Encore un couple formidable de générosité et de gentillesse. Louis a traversé les États-Unis en vélo en 1977 et depuis a embarqué Julie dans sa passion. Ils ont une dizaine de vélos dans leur garage, leur fils travaille dans la boutique de vélo locale… Nous sommes faits pour nous entendre !

_FXD6544

Nous passerons de longues heures à discuter, entre autres des itinéraires que nous pourrions emprunter lorsque nous serons en Utah. Et des choses à voir, il y en a plein, entre les parcs nationaux et les falaises propices à l’escalade… Les prochaines semaines risquent fort d’être exceptionnelles. Quant à Emma, elle est comme un poisson dans l’eau et passe son temps dans le potager et en cuisine, à aider Julie à mitonner les délicieux repas. La graine de fermière est bien semée !

Nous restons deux jours à Salt Lake City, le temps de récupérer notre matériel d’escalade chez Black Diamond, entre autres. Malheureusement nous n’aurons pas l’occasion de visiter le siège social. Une fois notre matériel récupéré, nous le renvoyons aussitôt à Moab, à notre attention à la poste restante locale. J’ai déjà hâte ! Pour l’heure, le moment est enfin venu de nous attaquer à l’un des points forts anticipés de notre voyage : le désert de l’Utah et ses parcs naturels légendaires.

Prochain arrêt : Moab… Chaud devant !

14 avis sur « Grand Teton: émerveillement et frustration »

    • Nous y avons sérieusement pensé mais n’y sommes finalement pas allés: trop gros détour dans les montagnes. Nous avons privilégié Moab. Maple Canyon sera pour la prochaine fois!

  1. Ce que la nature est belle! En plus, des gens sympathiques pour nous la faire connaitre. Continuez, on vous suit!

  2. WOW! Tout à fait magnifique! Non mais quelle expérience quand même!!!
    Ici aussi, on continue de vous suivre! 🙂

  3. Bon anniversaire de mariage ! Et si vous passez au temple Mormon, je vous recommende de visiter l’amphithéâtre où l’on ensorcelle les visiteurs à force d’orgues déchaînées… Ça donne un peu froid dans le dos un tel spectacle mystico-racolleur, prosélytisme oblige. Et lorsque vous en ressortez, vous ressentez encore plus fort, la liberté que l’on a le bonheur de vivre au contact de la grande nature, en laissant la religion là où elle est le mieux. Dans les temples.

    Vous avez compris manifestement comment jouir de la meilleure table au sommet de Jackson Hole. ll suffit d’arriver à l’heure où les européens dînent…

  4. Je ne suis pas surpris de la generosite et de la confiance aveugle de certaines de vos rencontres… Comme quoi le « South of the Border » n’est pas si pire. Ce grand satan capitaliste tant decrie que l’on aime depeindre dans les medias! On y rencontre des personnes avec de vraies valeurs humaines, humanistes, pretes a aider sans attendre rien en retour et un coeur aussi grand que le pays qu’ils habitent.

    Emma, Hugo et Mathieu sont super fiers de ta performance en velo… tu vas les mettre « minables » lors de votre prochaine rencontre. Encore un grand bravo. Anima Sana In Corpore Sano…

    • Effectivement, les américains que nous rencontrons ne font que contredire cette idée reçue que l’on a d’eux. Bon, bien sûr, tous ne sont sans doute pas comme ça, mais comme partout, tout n’est jamais ni tout blanc, ni tout noir et la réalité est dans les nuances.
      Hugo et Mathieu, vous avez encore du temps pour vous entraîner, Emma ne roule pas encore tous les jours toute seule… 🙂

  5. Bon ben c’est trop beau tout ça 🙂
    Justement nous nous demandions Clo et moi où vous étiez allés promener vos roues ces temps-ci… Et vous retrouver à Grand Teton ça vaut le coup !
    Alors un grand merci les amis pour ces lignes d’évasion en votre compagnie.
    Bravo à Emma pour toutes ses prouesses, sur et en dehors du vélo.
    Et enfin encore plein d’années de bonheur à vous !

    On vous embrasse.

    • En fait nous sommes rendus en Utah, en route pour le parc de Bryce, mais comme je traîne un peu à alimenter le blogue… Je vous dis, pas fiable ces voyageurs… 🙂 Bises à vous deux!

  6. Il est vrai que, si cela ne tenais qu’à moi, j’exigerais des mises à jour au moins hebdomadaires ;-)…
    Mais c’est déjà un tel plaisir de vous lire et de rêver en votre compagnie après une journée de boulot que je ne te blâme pas un brin; profitez bien de l’Utah, nous on avait adoré!
    Biz

  7. effectivement je m’ennuie beaucoup aussi!!! Et mon fils me demande a chaque jour  »il y a des nouvelles d’Emma papa? » mais comme le dit si bien Till; ENJOY 🙂

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s