Blogue / Canada / Destinations

Majestueuses Rocheuses

Nous y voilà, au cœur des Rocheuses canadiennes. C’est parti pour une grosse semaine durant laquelle nous nous en mettrons plein les mirettes.

_FXD4309

Comme un écrin

Plantons le décor : le village de Lake Louise est situé au cœur du parc national de Banff, le plus ancien au Canada et le second plus ancien au monde (après Yellowstone), au beau milieu d’un décore grandiose de montagnes et de lacs turquoises (dont le fameux lac Louise), à pied ou presque d’une foule de randonnées permettant d’accéder rapidement à de majestueux lacs, glaciers et autres panoramas subalpins. Le village en lui-même est tout petit. On en fait le tour à pied en 15 minutes, en prenant notre temps. Mais il fourmille d’une activité intense, rythmée par le ballet incessant des bus, camping-cars et autres véhicules amenant leur lot quotidien de touristes. C’était un changement d’ambiance pour nous, qui avions été habitués jusqu’à présent à une certaine tranquillité, mais la plupart des gens allant toujours aux mêmes endroits (centre d’information touristique et Lac Louise), il nous fut facile de retrouver une certaine sérénité.

_FXD4446

Nos amis les grizzlis

Lake Louise est au cœur de l’habitat naturel des grizzlis, en particulier des mères qui ont l’habitude d’y élever leurs petits. Nous vivons sur leur territoire et devons nous adapter en conséquence, pour la sécurité de tous, animaux comme humains : il n’est pas rare de voir un grizzli déambuler dans le village et c’est d’ailleurs ce qui est arrivé lorsque nous y étions, alors qu’un ours a été repéré, se promenant tranquillement dans l’aire des camping cars et des maisons. Heureusement pour nous, le camping de tentes dans lequel nous restions est entouré d’une clôture électrifiée, relative mais indispensable sécurité, car il borde une clairière dans laquelle nous pouvions voir, chaque jour, deux beaux grizzlis de 2 ans (mais déjà bien bâtis !) venir manger, jouer ou chasser l’écureuil. Parfois ils s’approchaient près de la clôture, indifférents aux humains, mais souvent ils restaient à une centaine de mètres de nous. Emma avait d’ailleurs pris la responsabilité d’aller régulièrement faire un tour de vélo du côté de la clôture pour voir si les ours étaient dans les parages ou non. Et lorsqu’ils y étaient elle revenait à toute allure pour nous prévenir : « Ils sont là ! Ils sont là ! » C’était un peu notre spectacle quotidien, chaque jour aussi passionnant.

Randonnées aux sommets

Lake Louise est un paradis pour la randonnée, autoproclamé la « capitale canadienne de la randonnée », et nous en avons profité durant deux belles journées. Nous nous sommes d’abord rendus aux Lacs Consolation, deux lacs perdus au cœur de vallées glacières et de moraines, non loin du magnifique lac Moraine, plus beau et moins couru que le lac Louise et son (hideux) château. Ces lacs étant eux aussi des habitats naturels des grizzlis, nous nous sommes donnés à cœur joie et avons chanté tout le long du chemin. Emma était ravie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La seconde randonnée fut la plus belle et nous a comblés : du lac Louise nous avons fait une grande boucle de près de 15 km qui nous a menés dans les vallées alpines surplombant le lac et nous en faisant découvrir d’autres. Nous avons tout eu lors de cette randonnée : de petits lacs turquoises, des passages de neige, des panoramas à couper le souffle sur le lac Louise et la vallée Bow, des glaciers suspendus et même deux salons de thé en altitude, vestiges de l’époque dorée du tourisme de luxe des années 30 où des guides suisses avaient été recrutés pour guider les touristes locaux dans les montagnes et avaient construit des chalets où leurs épouses avaient ouvert des salons de thé. Toujours en opération, nous y avons savouré de délicieuses tartes et chocolats chauds, récompenses bien méritées de nos efforts.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Emma nous a épatés par sa résistance physique lors de ces deux randonnées. Il faut croire que ses journées à vélo lui ont procuré une certaine endurance… Ces randonnées sont aussi pour elle l’occasion de jeux de rôles, avec maman, d’une infinie patience pour entrer dans ces jeux toute une journée durant.

En voiture ?!?

Mais le parc de Banff se résume à bien plus que Lake Louise et nous avions le goût d’en profiter. Malheureusement, si en voiture les distances se comptent en heures, en vélo elles se comptent souvent en jours. Et la ville de Banff, située à quelque 50 km de Lake Louise, représente une journée de vélo pour s’y rendre. Alors nous avons cédé. Nous avons loué une voiture. À deux reprises. Mea Culpa. Mais c’est quand même pratique une voiture : on y est bien au chaud, en tout confort, on va plus vite… Il faut reconnaître qu’on s’y (ré)habitue bien vite ! Malgré tout,  nous avons culpabilisé un peu de n’avoir pas pris nos vélos : en voiture on va trop vite, on n’a pas le temps de s’imprégner des paysages ni de repérer cette biche sur le bord de la route, on ne peut pas s’arrêter où l’on veut, on ne voit pas tout… Bref le vélo c’est quand même pas mal mieux !

Notre première promenade en voiture nous a menés à Banff, via la très belle vallée de la rivière Bow. Mais Banff ne nous a pas séduits. Si la ville est esthétiquement agréable et entourée de montagnes magnifiques, dont l’emblématique Mont Bundle, il y a trop de touristes à notre goût, trop de magasins de souvenirs, qui nuisent à son charme et à son authenticité. Par contre, nous avons beaucoup apprécié le musée Amérindien, surtout Emma, qui s’est retrouvée plongée au cœur des aventures de son héros Yakari. Cette visite fut extrêmement intéressante, d’autant que l’histoire amérindienne est fascinante et indissociable de l’histoire de la région, comme de l’Ouest Canadien et Américain en général. Cécile a d’ailleurs passé un bout de temps à discuter avec l’un des gardiens du musée, de la tribu Stoney, qui tente tant bien que mal de faire perdurer la culture et de transmettre ses traditions ancestrales à ses enfants. Triste réalité de voir s’éteindre une civilisation si riche, proche de la nature et si profonde. Nous retrouverons souvent, au cours des semaines suivantes, l’influence amérindienne sur les dénominations des lieux des parcs des Rocheuses que nous visiterons.

Notre seconde virée en voiture nous a menés au cœur de la promenade des Glaciers. Ancienne voie de prédilection pour le commerce de fourrures, cette route de 250 km relie Lake Louise à Jasper et est considérée comme l’une des dix plus belles routes panoramiques au monde. Longeant ce qui peut être considéré comme l’épine dorsale des Rocheuses, elle n’est qu’une succession de panoramas sur des montagnes, des lacs et des glaciers, dont le glacier Columbia, plus grand glacier au sud de l’arctique alimentant les bassins hydrographiques de trois grandes rivières canadiennes et américaines se jetant dans les océans Atlantique, Pacifique et Arctique. Les Rocheuses, du Canada aux Etats-Unis, représentent en fait la ligne continentale de partage des eaux : toutes les rivières s’écoulent soit à l’Est, soit à l’Ouest. Nous nous sommes régalés de vues différentes à chaque nouveau virage, chaque nouvelle vallée. Cette route vaut vraiment sa réputation !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les rencontres, avant tout

Lake Louise a également été riche en rencontres. Animalières tout d’abord : outre les grizzlis, compagnons quotidiens, nous avons eu la chance de voir des mouflons, des wapitis, des marmottes, ours noirs et de nombreux oiseaux. Emma était au paradis !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rencontre humaines, ensuite et surtout, où durant notre séjour au camping nous avons fait la connaissance et sympathisé avec de nombreux voyageurs et cyclistes au long cours : Fanny et Nicolas, qui voyagent autour du monde pendant un an et que nous retrouverons par hasard au parc Waterton ; Josée et Gilles, traversant le Canada à vélo ; et surtout Till et Claudine, avec qui nous avons vraiment cliqué : en vélo à travers l’Ouest Canadien, ils voyagent six mois chaque année depuis six ans et ont visité tous les continents, à vélo, en sac à dos ou en auto. Ils sont vraiment inspirants ! Nous avons déjà hâte de les revoir et faire un bout de chemin ensemble en vélo.

_FXD4593

Au-delà des magnifiques paysages que nous découvrons chaque jour depuis le début de notre périple, nous réalisons que ce sont vraiment les rencontres que nous faisons qui rendent notre aventure unique et inoubliable : la gentillesse, l’ouverture, la générosité des gens que nous rencontrons chaque jour sont une telle source d’inspiration ! C’est vraiment l’essence du voyage. Les échanges avec les autres cyclistes nous sont particulièrement précieux et l’on se sent faisant partie d’une vraie communauté, soudée et chaleureuse, fruit d’une expérience, de valeurs et d’un mode de vie communs. Quel privilège !

Certes, la nature de notre aventure et son caractère unique, à tout le moins original, interpellent beaucoup les gens, attisent leur curiosité et stimulent les rencontres : notre convoi ne laisse pas indifférent ! Et si nous ne sommes pas forcément à l’aise avec ce statut « d’inspirateurs » et ne savons comment gérer l’admiration que nous générons parfois, nous apprenons à vivre avec et sommes ravis de répondre aux nombreuses questions.

Comme un soir, dans les douches du camping de Lake Louise où Cécile se fait interpeler par une campeuse qui lui demande : « Vous ne feriez pas le tour du monde en vélo par hasard ? Seriez-vous Rêve Nomade ? » Cécile, éberluée : « Heu… oui… » Et la campeuse de répondre : « Je vous ai reconnue, je vous suis sur votre blogue ! ». Cécile n’en revenait pas de s’être faite reconnaître aussi loin du Québec ! Une autre belle rencontre, un autre bel échange…

Que d’eau

Nous serons restés à Lake Louise un peu plus longtemps que prévu, car durant notre séjour nous avons subi de fortes pluies durant deux jours, celles qui ont inondé et provoqué de nombreux dégâts dans la région, notamment à Calgary et Canmore. Heureusement pour nous, nous n’avons pas connu les mêmes déboires, même si les rivières sont toutes sorties de leurs lits. Autre conséquence : toutes les routes menant au village ont été barrées durant quelques jours et il était impossible d’en sortir comme d’y entrer, nous laissant en complète autarcie, dans une ambiance unique et surréelle. Mettons que nous connaissons à présent chaque rue, chaque commerce du village par cœur… Ce fut une autre occasion de renforcer les liens entre toutes les personnes qui étaient « coincées » dans le camping.

Puis vint le temps du départ, une fois la météo redevenue clémente et les routes rouvertes. Nous entamions notre descente vers le Sud ! Mais notre épopée parmi les parcs nationaux canadiens ne s’arrêtait pas là, car nous quittions le parc de Banff pour aussitôt entrer dans le parc  de Kootenay, en commençant par l’ascension du col Vermillion. Et c’était reparti pour 135 km dans les montagnes…

10 avis sur « Majestueuses Rocheuses »

  1. J’adore vous lire! C’est grisant de voir les images……….
    On en veut toujours plus…….. On est avec vous!
    Bravo pour la ballade en auto. Ça fait différent………

  2. Magique! Bonne continuation!
    FX, prête ton Kodak à Cécile de temps en temps, qu’on te voie la binette!

  3. Clic de clic et re-clic! Tu parles qu’on espère partager un bout de vos aventures dans le futur (même si on doit avouer que l’Amérique du Nord nous fait vraiment vibrer 🙂 ).
    D’ici là roulez bien les amis, et chapeau pour vos photos qui sont vraiment super, on continuera à voyager par procuration grâce à vous.
    Bizzz
    Clo et Till

  4. Vos photos sont magnifiques et nous mettent l’eau à la bouche! Je vois que tout va bien ; Cécile et Emma sont radieuses sur les photos. Bises à vous 3.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s