Blogue / Canada

Crescendo

Revenus sur du vrai bitume, après un interlude sur sentier plutôt pitoyable, nous voici en route pour les Rocheuses. Le vrai test commence et c’est avec un mélange d’excitation et d’appréhension que nous quittons Kellowna.

_FXD4286

Nous avons finalement décidé d’emprunter l’autoroute transcanadienne (la route 1), qui nous mènera jusqu’à Lake Louise. Tranquillement, nous quittons la vallée de l’Okanagan par Lake Country et Vernon. Le beau temps nous accompagne toujours mais devient plus instable à mesure que nous montons vers le Nord. Le relief se prononce tout doucement, mais reste très modéré. Revelstoke est notre premier objectif. La porte d’entrée des montagnes. Nous l’atteignons au terme d’une longue étape, étonnamment très roulante. Il faut dire que nous avions le vent dans le dos ! Arrivés sur place, sous une pluie battante, nous trouvons refuge dans un café, le temps de nous sécher, nous réchauffer et nous trouver un endroit pour dormir. Cela fait deux jours que nous n’avons pas payé pour nous loger : une première fois hébergés par une gentille famille à qui nous avons demandé si nous pouvions dormir dans leur jardin (après nous avoir répondu oui, le père nous a demandé d’attendre quelques minutes, le temps qu’il nous tonde sa pelouse !) ; une seconde où nous avons planté notre tente à l’arrière d’une salle communale en construction, dans l’urgence devant l’orage qui allait s’abattre sur nous.

Nous faisons quelques appels et nous résignons à aller dormir dans un B&B (l’auberge de jeunesse du coin n’acceptant pas les enfants…), quand un couple entre dans le café et vient nous voir :

  • C’est à vous les vélos devant le café ?
  • Oui…
  • Vous cherchez un endroit pour dormir ?
  • Euh… oui
  • Vous pouvez venir chez nous si vous voulez, nous avons deux chambres pour vous et plein de place. Et un chien. Si vous aimez les chiens. Ça vous va ?
  • Euh… oui, oui !

Nous étions bouche bée. D’autant que la jeune femme était enceinte jusqu’aux oreilles et devait accoucher d’un jour à l’autre ! Absolument pas stressés. Ce qui les a poussés à nous approcher ? Voir un vélo enfant… Et nous voilà chez Justin, Jana et leur chienne Chica (la future meilleure amie d’Emma), comme à la maison, en toute simplicité. Jana et Justin avaient traversé le Canada à vélo il y a quelques années, sur un coup de tête, et souhaitaient à leur tour héberger des cyclistes, comme ils l’ont été eux-mêmes. Aussi simple que ça. Nous dormirons deux nuits chez eux et passerons d’excellents moments en leur compagnie et avec leurs amis, venus pour l’occasion. Nous adorons ces rencontres, si simples et spontanées, un vrai bonheur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre départ de Revelstoke est le début de notre plus longue journée à ce jour : nous avons décidé de tenter de rejoindre Golden en une journée, 155 km en tout, en passant par le parc national Glacier et le fameux Roger’s Pass. Fini de rigoler. Les campings en chemin étant fermés, nous savons tout de même que nous pourrions nous arrêter et bivouaquer au bord de la route si jamais nous en ressentions le besoin. Si la journée débute sous la pluie, lentement le ciel se découvre à mesure que nous nous enfonçons dans les montagnes. Nous atteignons le sommet de Rogers Pass vers 14 h, après près de 80 km. Étrangement, nous n’avons pas eu trop de difficultés jusqu’ici.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous savons dès lors que nous rejoindrons Golden le soir-même, ce qui sera fait vers 20 h 30, plus de 12 h après notre départ et 10 h en selle. Le plus dur de la journée aura en fait été l’interminable arrivée vers Golden, où les kilomètres se décomptaient un à un. Le lendemain nous prenons une journée de repos bien méritée et profitons du charmant village et de la vue sur les magnifiques montagnes aux alentours.

DSC00139

Notre dernière étape avant Lake Louise sera en fait divisée par deux, pour raccourcir un peu les distances quotidiennes. Nous quittons donc Golden et débutons d’emblée notre journée par une côte immonde que nous grimpons à pied, faute d’échauffement. Nous entrons ensuite dans le très beau parc national Yoho, antichambre du parc de Banff et injustement sous-estimé. Nous prenons le temps d’aller voir les chutes Wapta, qui valent le détour, et en fin de journée nous arrivons à Field, au pied du Col Kicking Horse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous ne sommes qu’à 20 km de Lake Louise mais décidons de camper sur place, d’autant que le village de Field nous tombe littéralement dans l’œil : quelques rues, moins d’une dizaine, des maisons toutes plus coquettes les unes que les autres, une école, au pied de gigantesques montagnes, et un bistro qui à lui seul vaut le détour : Truffle Pigs. La journée est belle, c’est la Fête des Pères aujourd’hui… allons-y ! Nous n’avons pas regretté cette petite terrasse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous quittons Field le lendemain et montons assez facilement le Kicking Horse Pass avant de descendre dans la vallée de Lake Louise, que nous atteignons en début d’après-midi. Nous avons décidé d’y passer notre prochaine semaine et celle-ci sera mémorable, le parc national de Banff livrant toutes ses promesses… À venir dans un prochain billet.

Tout au long de ces quelques jours nous aurons été accompagnés par les trains, machines puissantes et tranquilles qui sont à l’origine des villes que nous avons traversées : Revelstoke, Golden, Field… Toutes ont été bâties grâce au chemin de fer, qui s’est frayé un passage parmi ces montagnes et cette nature hostile dès la fin du 19è siècle, au prix d’efforts incroyables et de nombreuses vies, mais aussi grâce à la persévérance et au génie d’hommes qui ont rivalisé d’ingéniosité pour traverser ces montagnes, comme par l’invention de ces tunnels en spirales pour déjouer l’inclinaison trop raide de certains cols. Nous avons senti et été touchés par le poids du passé, encore présent partout. Car si le train n’a plus la même importance de nos jours, il reste à l’origine du développement de toute la région et de la création des premiers Parcs Nationaux canadiens.

Voilà, c’est fait. Nous y serons donc arrivés, nous aurons atteint les Rocheuses, premier vrai test de notre voyage. Longtemps nous nous sommes dits que si nous arrivions là, nous pourrions aller n’importe où. Le voyage peut commencer. Ou plutôt continuer.

DSC00182

9 avis sur « Crescendo »

  1. Merci de partager ces beaux paysages! c,est stimulant à quelques minutes de débuter une nouvelle semaine de travail,,,,,bonne continuité. Jim

  2. Coucou Les carribous, Tristan et Adelaide suivent les aventures d’Emma avec grand intérêt. Les photos de FX sont tuojours magnifiques. On vous embrasse. Mel

    • Merci Mel ! C’est bon d’avoir de vos nouvelles, d’autant plus que l’autre jour j’avais cru vous voir sur la route ! Mais bon, ce n’était qu’un mirage 🙂 Bises!

  3. Super ce message et vos photos, surtout continuez de nous raconter tout ça pour qu’on voyage encore un peu avec vous une fois rentrés 🙂
    Bonne route!

  4. Un petit coucou de Naomi et Titouan à Emma en souvenir du camping de Lake Louise!
    Nous avons été ravis de croiser votre route et vous souhaitons un beau voyage.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s