Blogue / Coin d'Emma / Conseils

Jusqu’ici, tout va bien… 5 trucs pour préparer son enfant à un voyage au long cours

« Papa, j’ai tellement hâte d’être en voyage… »
Mais comment a-t-on pu réussir à motiver notre fille de laisser derrière elle sa maison, ses amis, ses jouets et même sa chatte Clochette pour partir en voyage à vélo pendant trois ans ? Dire qu’il n’y a pas si longtemps elle ne voulait rien savoir… Non, nous ne l’avons pas droguée. Voici plutôt 5 astuces qui nous ont aidés à la motiver.
La mappe monde d'Emma

1- Embellissez l’annonce.
« Emma, que dirais-tu si nous partions en voyage autour du monde à la découverte des kangourous, des dauphins, des tortues de mer et de Disneyland ? Et si nous te disions que nous roulerons à vélo et dormirons parfois sur la plage ? » Aucun enfant ne peut répondre par la négative à une telle proposition … Emma a embarqué tout de suite (mettons que Disneyland a été le plus gros facteur de motivation…). Mais si présenter un tel projet sous son angle positif est une bonne chose, il ne faut toutefois pas cacher la vérité et les impacts d’une telle décision.
2- Avouez tout.
Rien ne sert de mentir: les enfants sont les rois dans ce domaine et découvriront votre ruse plus tôt que vous ne le croyez. Quelque jours après les premiers émois, allez-y doucement, mais franchement: « Oui Emma, il faudra quitter la maison, les amis, tes jouets… ». Cette étape, si douloureuse soit-elle, est primordiale pour que l’enfant réalise toute la portée de cette décision et il ne faut pas la sous-estimer. Il est important de lui montrer que vous comprenez son chagrin: il est compréhensible et sain d’avoir de la peine de quitter les gens et les choses qu’on aime. Mais il est bon aussi de souligner que ce voyage apportera à votre enfant de nombreux avantages qui compenseront cette perte. Et pour qu’il comprenne ce dernier point, il faut faire de votre aventure la sienne. Et pour faire passer la pilule, il existe quelques trucs:
3- Clarifiez.
Même si un voyage est un projet d’adulte, sans la motivation de votre enfant vous n’irez pas loin. Impliquez-le, expliquez-lui les détails, l’itinéraire, la logistique exacte (les dodos, les repas, les rencontres, le vélo…) avec ses mots mais en lui disant la vérité. Vérifiez qu’il comprend la portée du projet et son rôle: « Sais-tu que nous roulerons tous les jours et que nous dormirons sous la tente? À ton avis, comment mangerons-nous le soir? De quelle couleur voudrais-tu que soient les sacoches sur ton vélo, pour transporter tes jouets ? « . Toutefois, si le sujet du voyage reviendra souvent dans les discussions au cours des mois précédant le grand départ, il ne doit pas être au coeur de toutes celles-ci, sinon l’enfant risque de ne plus vivre le moment présent, à force de se projeter dans le futur, ce qu’il ne sait de toute façon pas faire. La solution:
4- Planifiez.
Avant 8 ans, un enfant vit d’abord dans le moment présent. Inutile de lui parler d’évènements qui se réaliseront dans plus de deux mois, il est incapable de les imaginer concrètement (moi non plus, d’ailleurs… bref), tout simplement parce que la notion spatio-temporelle n’est pas encore complètement intégrée à cet âge. Mais vous pouvez tricher: un calendrier sur 3 mois que vous bâtirez avec votre enfant, en y incorporant des repères connus de lui (fêtes, anniversaires…), lui permettra de mieux situer le voyage dans le temps. Un globe terrestre est un autre atout sérieux: le nôtre étant gonflable, il traîne dans la maison depuis 6 mois et sert aussi de ballon, de siège ou de projectile… Tranquillement, à force de jouer avec au quotidien, Emma a fini par reconnaître et placer sur celui-ci les divers pays traversés au cours de notre voyage , sans même s’en rendre compte.
5-Engagez-le.
Je ne reviendrai pas sur les avantages du système VCCSSS: il a été fort utile pour aider Emma à se départir de ses jouets sans trop de douleur. Un autre truc imparable nous a beaucoup aidé, une recette pourtant vieille comme le monde mais qui marche toujours: l’appât du gain ! Nous avons promis à Emma que l’argent reçu de la vente de ses jouets et des meubles de sa chambre lui reviendra : ce sera son argent de poche pendant le voyage. Accessoirement, ce sera aussi une belle occasion de lui faire pratiquer ses maths en voyage. Bon, depuis Emma veut vendre toutes ses affaires pour empocher plus de sous, mais ça c’est une autre histoire…
Nous voici maintenant à un mois du départ et Emma trépigne d’impatience: elle a déjà hâte de dormir chaque soir sous la tente, de rouler , de suivre l’école dehors avec maman et papa, de rencontrer des animaux…
Jusqu’ici, tout va bien.
Trop beau pour être vrai ? Sans doute: nous sommes bien conscients que tout ça ne durera pas et savons qu’au bout de trois jours de vélo Emma trouvera le voyage plate, voudra retrouver ses amis, son lit, sa Clochette, son école et ne voudra plus remonter sur son vélo.
C’est là que le vrai voyage commencera vraiment. Nous reprendrons alors les étapes ci-dessus, utiliserons les mêmes arguments, les mêmes ruses, les mêmes carottes (« Allez Emma, plus que 196 jours et 3 712 km avant de voir le château de la Belle au Bois dormant ! »), pour motiver notre princesse à avancer avec plaisir. Jusqu’à la prochaine crise, et ainsi de suite… Vous avez dit routine ?
À suivre !

3 avis sur « Jusqu’ici, tout va bien… 5 trucs pour préparer son enfant à un voyage au long cours »

  1. Au fond, les enfants fonctionnent sur la même base que nous, adultes, ils veulent rêver, mais savoir dans quoi ils s’embarquent. Avec davantage de naïveté et de fraîcheur bien sûr. Et ce sont ces ingrédients que nous ne devons jamais oublier de conserver dans la cuisine de nos projets de vie. Alors merci aux enfants de nous tenir en alerte, sur le bout de nos rêves et de se lancer, en dépit des voix intérieures qui aiment bien le confort et les acquis. Voyager c’est mourir un peu dit l’adage. Oui, mais mourir à nos espaces connus et souvent trop revisités… La carotte du rêve et le bâton de l’adversité qui savent forger les caractères et repousser les frontières…

  2. À Emma: Justine et Béatrice ont très hâte de te suivre dans tes aventures. Elles ont 11 et 7 ans et partiront elles aussi cet été…mais juste 5 semaines! Elles te trouvent chanceuse de faire à « l’école à vélo »…

  3. Ping : 25 ressources sur les voyages en famille | La page à Pageau

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s